Maintenant que nous tournons la page Hollande, la pluie d’Hadrien

Il est toujours tentant de trouver des échos entre ses lectures et les actes du moment. Je vous propose aujourd’hui un extrait du livre de Marguerite Yourcenar, Les Mémoires d’Hadrien.

Obligé à prononcer mon discours sous une toge dans les replis de laquelle l’eau s’amassait comme dans une gouttière, je passais et repassais continuellement la main sur mon front pour disperser la pluie qui me remplissait les yeux. S’enrhumer est à Rome un privilège d’empereur, puisqu’il lui est interdit par tous les temps de rien ajouter à la toge : à partir de ce jour-là, la revendeuse du coin et le marchand de pastèques crurent à ma fortune.